La misophonie signifie littéralement la haine des sons. On a commencé à utiliser ce substantif pour désigner tous ceux qui réagissent de façon intense et négative aux sons. Auparavant, ces personnes ont eu des difficultés à partager ce mal qui les ronge de l’intérieur. Mais à présent, il a un nom et un grand changement s’est produit. Les souffrants de misophone ne se trouvent plus seuls avec leur maladie.

Qu’est-ce que la misophonie?

Médicalement parlant, c’est une maladie mentale ou un trouble qui s’est installé dans le système nerveux. Le système limbique dans le cerveau s’active à quelques sons que le patient intercepte. D’où les réactions agressives ou de détresse de sa part. On a du mal à définir les origines et les moments de ses crises.

Des cas de misophonie apparaissent vers 6ans et d’autres, vers l’adolescence. D’autres troubles présents chez le patient peuvent la favoriser. On peut citer le trouble de comportement alimentaire, de lésion cérébrale suite à un accident, ou bien de trouble de l’intégration sensorielle. Si votre niveau d’audition dépasse la moyenne, il est facile d’avoir la misophonie.

Des moments de repas transformés en dures épreuves

Un grand nombre de patients ont commencé leurs crises misophoniques pendant les heures de repas. Les bruits de bouche, les premiers de la liste des causes, des sons «pre» et «tre» et aussi des raclements de gorge débouchent en colère noire pour les uns.

Les autres ont des souvenirs de mauvais moments à table. Ce sont par exemple les grondements autoritaires de leur père suivis des bruits de mastication secs. Cela a causé les premières crises comme des pleurs nerveux ou la fuite ou une envie irrésistible de casser les objets sources de bruits exaspérants.

Des bruits quotidiens devenus de sérieux défis

Aux bruits buccaux s’ajoutent les petits bruits ordinaires que nous et les objets qui nous entourent produisent. Des tics tacs, des cliquetis de clavier, des froissements de papier ou des talons claquants engendrent chez les misophones de la rage, de la détresse ou encore du dégoût.

D’autres avouent que ces bruits ne cessent de se répéter dans leur tête. Il faut à tout prix qu’ils cessent pour leur éviter de faire des bêtises. En effet, des patients sont si violents qu’ils peuvent créer un grand trou dans le mur. Heureusement que des sites sur la misophonie abondent de nos jours et permettent d’en savoir plus sur les manières de se maitriser en cas de crise.

La musique, le meilleur allié de tous les misophones

Les casques anti-bruits, les écouteurs, la fuite, l’isolement sont parmi les solutions adoptées en attendant mieux. Mais se mettre à l’abri de la musique semble apporter de bons résultats chez tous les patients. Non seulement la musique les apaise, mais elle atténue aussi la perception des sons désagréables par leur cerveau.

Avec une musique jouée avec le volume qu’il faut, les traitements arrivent à reprogrammer le cerveau des misophones. Des applications de traitement des misophones utilisent la musique pour atteindre leur but comme entraîner le cerveau à réagir différemment avec des sons déclencheurs.

author image

À propos de Guillaume TBC

Vous pourriez aimer aussi...

Impuissance masculine remèdes
démence fronto-temporale
les femmes découvrent le wrap minceur
Chanvre CBD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *