Peu d’éléments ont un impact aussi important sur le design d’une moto que le système d’échappement. De la tête à la sortie, les formes doucement incurvées contribuent à définir certaines de nos motos préférées, mais ces formes sont loin d’être purement esthétiques.

Les gaz d’échappement contiennent une énergie utile sous forme de vitesse, et les formes lisses minimisent la perte de cette énergie. La course motrice d’un piston à plein régime commence avec des gaz de combustion à environ 1 000 psi, quelques degrés après le point mort haut. Cette pression diminue rapidement en poussant le piston vers le bas, lui transmettant ainsi de la puissance. Au moment où les soupapes ou les orifices d’échappement commencent à s’ouvrir, il ne reste plus qu’environ 100 psi de pression de combustion.

Ne pouvons-nous pas continuer à dilater ce gaz avec le piston pour obtenir toute son énergie ? Nous pourrions, mais nous ne le faisons pas parce que les soupapes d’échappement doivent commencer à s’ouvrir avant le centre inférieur, et une pression de cylindre aussi faible est utilisée plus efficacement d’une autre manière : dans un tuyau d’échappement réglé.

Tuyau d’échappement à deux temps

Les échappements à deux temps ont une forme distincte constituée de deux sections de mégaphone tournées l’une sur l’autre afin d’accorder les ondes de pression positives et négatives à la position du piston pour évacuer les gaz d’échappement et charger le mélange de carburant.

Les moteurs automobiles récupèrent de plus en plus l’énergie de l’échappement dans les turbocompresseurs, mais jusqu’à présent, la puissance sérieusement boostée par le turbo était trop soudaine pour une utilisation occasionnelle sur une moto. C’est pourquoi l’énergie des gaz d’échappement est utilisée sous forme d’ondes sonores.

Les ondes positives (pression) et négatives (aspiration), qui se déplacent dans des conduits correctement formés, peuvent être utilisées pour aider le mouvement du piston à évacuer les gaz d’échappement usés et à remplir le cylindre d’une nouvelle charge.

La règle de base de la mise en forme des tuyaux d’échappement est la suivante : partout où la section transversale du conduit augmente, une impulsion de pression d’échappement passante se dilate, rayonnant/réfléchissant ainsi une onde négative en amont. Partout où la section du conduit diminue, l’impulsion est retenue, ce qui entraîne la réflexion d’une onde positive.

Système d’échappement à quatre temps

Les systèmes d’échappement modernes à quatre temps utilisent des conceptions qui incluent des dispositifs tels que des soupapes à commande électronique pour contrôler les niveaux de bruit et régler la puissance délivrée.

Dans un système à quatre temps, lorsque les soupapes d’échappement commencent à s’ouvrir, une impulsion de pression d’échappement entre dans le collecteur de ce cylindre. Lorsqu’elle atteint un point d’élargissement du conduit – soit à l’endroit où le collecteur rejoint un plus grand collecteur, soit à l’endroit où il rejoint un mégaphone effilé – elle renvoie une onde de pression négative vers le moteur. La longueur du collecteur est choisie pour que cette onde négative arrive dans le cylindre pendant le chevauchement des soupapes, c’est-à-dire la période autour du point mort haut à la fin de la course d’échappement, lorsque les soupapes d’échappement ne sont pas encore tout à fait fermées mais que les admissions ont déjà commencé à s’ouvrir. Cette onde négative entre dans le cylindre, extrayant d’abord les gaz d’échappement inertes de la chambre de combustion au-dessus du piston, puis entrant dans le système d’admission pour que le flux d’admission commence à entrer dans le cylindre avant même que le piston ait commencé à descendre sur sa course d’admission. Cela augmente le couple en empêchant la dilution de la charge fraîche par les gaz d’échappement restants et en donnant au processus d’admission une longueur d’avance.

Étant donné que les ondes négatives et positives alternent dans le tuyau d’échappement, à un régime plus bas, ce n’est plus une onde négative qui entre dans la chambre de combustion pendant le chevauchement des soupapes. C’est une onde positive, qui renvoie les gaz d’échappement dans la chambre de combustion, à travers les soupapes d’admission et dans le système d’admission. Ceci, en diluant la charge fraîche que le piston est sur le point de recevoir, provoque une baisse du couple moteur. C’est le « point plat » que tous les constructeurs de moteurs et les coureurs connaissent bien. La nature donne, mais la nature reprend aussi.

Yoshimura Alpha T

Les systèmes d’échappement hautement réglés et exceptionnellement légers, comme ce système de compétition Yoshimura Alpha T en titane, maximisent la longueur du collecteur et le débit d’échappement pour augmenter le couple et la puissance.

Les tuyaux pour moteurs à deux temps ont un aspect complètement différent. Ils commencent par un collecteur étroit comme celui d’une moto à quatre temps, suivi d’un klaxon en forme de mégaphone. C’est alors que la différence apparaît : Après le klaxon vient une section centrale de diamètre constant – après quoi la conduite se rétrécit rapidement, comme un mégaphone inversé, jusqu’à un « tuyau d’échappement » de petit diamètre (qui peut être invisible à l’intérieur d’une forme de silencieux).

Lorsque le piston d’un moteur à deux temps, en descendant pendant sa course, commence à découvrir le grand orifice d’échappement dans la paroi du cylindre, une impulsion de pression est libérée dans le collecteur.

Lorsqu’elle atteint le pavillon en forme de mégaphone, c’est une onde négative qui est renvoyée vers le cylindre. Là, la faible pression permet d’évacuer les gaz d’échappement du cylindre et aide la charge fraîche à entrer par deux ou plusieurs orifices de transfert.

Convertisseurs catalytiques

La nécessité d’utiliser des convertisseurs catalytiques pour réduire les émissions nocives complique encore la conception des échappements des motos modernes. Cela exige un équilibre technique que l’on ne peut apprécier qu’en observant les structures internes des modèles d’échappement actuels.

Au fur et à mesure que le cylindre se remplit, une partie de la charge fraîche commence à être perdue par l’orifice d’échappement encore ouvert, mais de l’aide est en route. Dans le tuyau, l’impulsion d’échappement a traversé la section centrale du tuyau et entre maintenant dans le mégaphone inversé, réfléchissant une onde positive vers l’orifice d’échappement. Cette onde positive arrive juste à temps pour renvoyer dans le cylindre la charge fraîche qui a commencé à s’échapper par l’orifice. Dans la zone étroite du régime de puissance maximale d’un moteur à deux temps, ce processus fonctionne en fait comme un compresseur très efficace, qui donne aux moteurs à deux temps leur puissance exceptionnelle.

Le travail du concepteur du tuyau d’échappement consiste à créer une zone de couple moteur boosté suffisamment large pour que le pilote, en utilisant la boîte de vitesses, puisse maintenir le moteur dans cette zone la plupart du temps. Leurs solutions contribuent à donner aux machines que nous aimons leur poussée et leur hargne caractéristiques, et à former les belles lignes dont nous nous souvenons le plus.

À propos de Povoski

Vous pourriez aimer aussi...

préserver votre garantie constructeur
Formation en ligne permis de conduire
Qu’appelle-t-on une voiture sans permis ? Une voiture sans permis, c’est un quadricycle léger qu’on peut également appeler “voiturette” ou encore VSP. Voici ce qui la caractérise : - un véhicule à 4 roues (quadricycle) - un moteur qui ne doit pas dépasser les 50 cm3 pour une essence et les 4kw pour une diesel - un nombre de places limité à 2 personnes - une vitesse limitée à 45 km/h - et depuis le 1er janvier 2017, une masse à vide limitée à 425 kg. Qui peut conduire une voiture sans permis aux yeux de la législation ? Maintenant que nous avons établi ce qu’était une voiture sans permis, il est temps de voir quels sont les critères pour avoir le droit d’en conduire une. Ainsi, pour avoir le droit de conduire une voiture sans permis en France, il faut : - avoir au minimum 14 ans - pour les personnes nées après le 1er janvier 1988, posséder le permis AM, anciennement BSR - ne pas être sous le coup d’une annulation de permis avec interdiction de conduire prononcée par un juge. Si vous avez subi une simple suspension ou invalidation de permis, vous êtes donc autorisé à conduire une voiture sans permis. A noter que vous n’avez pas besoin de permis (AM, BSR) si vous êtes nés avant le 31 janvier 1987. Quelles sont les démarches obligatoires pour pouvoir conduire une voiture sans permis ? Vous devez faire immatriculer votre voiture sans permis Aucune différence avec une voiture classique sur ce point : pour pouvoir conduire une voiture sans permis, celle-ci doit en premier lieu être immatriculée. Pour obtenir la carte grise de la voiture, vous devez ainsi effectuer les mêmes démarches que pour un véhicule classique. Pour cela, rapprochez-vous de votre préfecture. De même, une plaque d’immatriculation devra obligatoirement figurer sur votre voiture sans permis. Vous devez faire assurer votre voiture sans permis Pour pouvoir conduire votre voiture sans permis, vous devrez obligatoirement la faire assurer. Au minimum à la garantie responsabilité civile. Si vous le souhaitez, vous pouvez également souscrire à une assurance tous risques. Conduire une voiture sans permis est en cela un avantage, comme le prix d’une assurance de VSP est bien souvent moins élevé qu’une voiture plus classique, les risques étant moindres. Pas de contrôle technique Cela vous étonnera (et vous réjouira peut-être), mais les voitures sans permis ne sont soumises à aucun contrôle technique. Pour rappel, un véhicule classique doit se soumettre tous les deux ans à un contrôle technique (à partir de la 4e année du véhicule). Il s’agit donc là d’un avantage non négligeable… Mais faites tout de même attention à bien entretenir votre voiture sans permis. En effet, le contrôle technique fait bien souvent office de garde-fou en forçant les automobilistes à garder leur véhicule en bon état. Vous devrez ainsi avoir la discipline de faire de même, ne serait-ce que pour votre sécurité. A noter que vous pouvez réaliser la majeure partie de l’entretien et des réparations par vous-même. Ainsi, si vous recherchez des pièces détachées pour votre voiture sans permis, nous recommandons VSPièces. Ils proposent également de très nombreux tutos sur l’entretien et la réparation des voitures sans permis sur leur site. Quelles sont les règles à respecter au volant d’une voiture sans permis ? Des règles en commun avec tous les automobilistes… Vous conduisez peut-être une voiture sans permis, mais ne faites pas l’erreur de croire que vous n’êtes pas assujetti au code de la route. Même sans avoir eu besoin de le passer, vous devez tout de même le respecter, sous peine de sanction. Attention par exemple à ne pas : - téléphoner au volant, - griller un stop, - faire un excès de vitesse (en ville par exemple), - refuser une priorité, - oublier de mettre sa ceinture de sécurité, - conduire sous influence, - etc. La liste est loin d’être exhaustive. ... Et des règles spécifiques aux voitures sans permis Au volant d’une voiture sans permis, vous devrez également respecter des règles spécifiques à votre situation : - La vitesse maximale autorisée est de 45 km/h. Votre VSP est également limitée par le constructeur, mais sachez que la débrider est formellement interdite. - Vous ne pouvez légalement emmener qu’un seul passager. - Vous devez vous équiper d’un système homologué si vous transportez un enfant de moins de 10 ans. - Vous n’avez pas le droit de circuler sur les autoroutes, voies rapides, voies express et périphériques.
Lavage voiture sans eau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.