Hormis les allergies, les enfants sont des sujets très vulnérables aux intoxications alimentaires. Généralement, celles-ci sont dues à une mauvaise alimentation, une carence ou encore un excès. Finalement, il faut adopter un régime le plus équilibré possible pour un enfant. L’âge de ce dernier doit également primer sur les apports calorifiques à atteindre par jour.

Tout manger ne veut pas toujours dire bien manger !

L’on veut ne priver de rien à nos enfants en termes d’alimentation. C’est une règle commune pour les parents perçue comme la définition d’une bonne alimentation. De plus, la consommation de produit alimentaires, autres que ceux naturels, est aussi revendiquée sans risque de par les normes strictes qui règlementent les industries agroalimentaire. Mais tout manger ne veut pas toujours dire bien manger. Malgré cette assurance, des études ont encore dégagé que des substances toxiques restent encore traçables au niveau des aliments issus des grandes chaines de production. Et elles se retrouvent également dans les aliments naturels.
Chez les enfants de moins de 3 ans, une exposition trop élevée suivant les valeurs toxicologiques de référence aux produits suivants nuisent à leur santé, et ce, d’origine alimentaire. L’arsenic inorganique, le nickel, le plomb, les mycotoxines déoxynivalenol, les toxines T2-HT2, l’acrylamide, le furane en sont les majeurs. Par ailleurs, les substances comme l’aluminium, le cobalt strontium, le méthylmercure, le sélénium, le cadmium et le génistéine sont aussi à surveiller de près. Les risques d’intoxication sont considérables avec ces produits. Les organismes interpellent aussi bien les parents que les professionnels d’apporter davantage de surveillance.
Par ailleurs, ce ne sont pas que dans les produits agroalimentaires que des substances toxiques se retrouvent et exposent nos enfants à des intoxications alimentaires aigues. En effet, des aliments courants peuvent aussi générer les mêmes effets pour les enfants d’après l’information digitale. Le riz et les céréales, par exemple, présentent des traces importantes d’arsenic. Les légumes ou encore l’eau sont riches en en plomb. Même le chocolat consommé à grande quantité chez les enfants de plus d’un an fait grimper le taux de nickel dans le corps causant des réactions allergiques en tout genre.
Les autorités compétentes dans le domaine de l’alimentation visent actuellement la mise en place de mesures préventives dans le but d’avoir une totale maitrise de ces substances au sein de la nourriture. La dissémination de celles-ci dans la nature doit être gérer. Les aliments ne doivent pas excéder de ces composants nocifs afin d’éviter la survenue des intoxications alimentaires. Cependant, ces mesures prises restent superficielles, et les solutions les plus efficaces reviennent aux parents.

Comment limiter l’ingestion d’éléments toxiques pour les enfants ?

Vos enfants ont quel âge ? En effet, c’est entièrement en fonction de l’âge que les techniques pour limiter l’intoxication alimentaire infantile sont établies. Pour les moins de 6 mois, par exemple, le plus judicieux des options restent le lait maternel. La diversification alimentaire n’est conseillée en effet que chez un bébé ayant dépassé cet âge, selon les professionnels de santé dans le domaine de l’alimentation. L’exposition aux substances dangereuses est ainsi allégée. De plus, le lait maternel permet de protéger l’enfant contre de nombreuses infections digestives et respiratoires, mais surtout contre les allergies dues aux aliments.
La gestion de l’alimentation est toute différente avec un enfant en âge de manger un peu tout. Elle remet désormais en cause tous les aliments cités à risque d’exposition à des produits nocifs auparavant. Pour les aliments naturels, le mieux c’est de limiter leur consommation (riz, chocolat ou encore eau du robinet). Concernant les produits agroalimentaires o issus des chaines de production, il faut avant tout identifier les responsabilités prises par l’entreprise vis-à-vis de l’alimentation infantile, normes, réglementations ou autres. Puis, comme les erreurs sont fréquentes même avec des marques de renommée, le mieux c’est de limiter la consommation de produits chimiques ou des aliments ayant subi des transformations industrielles. Sinon, les sources d’approvisionnement doivent aussi être diversifiées.

author image

À propos de Bruno

Vous pourriez aimer aussi...

Protéines
Quels aliment contiennent de la lactose?
démence fronto-temporale
Impuissance masculine remèdes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *